Les thérapies du lien

« Je suis convaincue aujourd’hui, pour l’avoir expérimenté en tant que patiente et en tant que thérapeute, que ce n’est que dans le lien d’amour à un ou plusieurs autres que l’on guérit profondément des souffrances passées. »

Je propose des thérapies individuelles, des groupes thérapeutiques et des stages de développement personnel sur différentes thématiques. Les groupes, où chacun profite de la dynamique et de l’énergie de tous, sont d’une efficacité indéniable pour transformer les scénarios familiaux d’échec et de souffrance ; scénarios qui se transmettent parfois depuis de nombreuses générations et dont les racines se trouvent la plupart du temps dans les grands drames collectifs, la violence collective et individuelle (guerres, génocides, esclavage, exils subis, etc.). Du fait de mon histoire personnelle, je me suis particulièrement intéressée à cette question de la transmission transgénérationnelle inconsciente des traumatismes et l’impact des drames collectifs sur les individus et la façon d’en guérir.

Je suis formée à l’hypnoanalyse et à l’hypnose ericksonienne à l’IFH (formation en 3 ans), à l’ICV (Intégration du Cycle de la Vie), une méthode de guérison des traumatismes arrivée des USA en France il y a plus de 10 ans et actuellement en plein développement. J’intègre aussi des éléments inspirés de la gestalt-thérapie, des constellations familiales, l’analyse transactionnelle, la psychogénéalogie, les TCC (thérapies comportementales et cognitives).

J’utilise donc aujourd’hui une approche thérapeutique intégrative, nourrie de mes différentes formations et expériences personnelles. Je vois le rôle de thérapeute comme celui d’un passeur, d’un accompagnant sur un chemin qu’il a lui même emprunté.

Je m’intéresse à tous les outils thérapeutiques récents, qui prennent en compte les connaissances en neurosciences et qui offrent des perspectives enthousiasmantes sur les capacités de l’être humain à s’auto guérir. Je chemine de plus en plus vers un travail avec le corps et la dimensions énergétique.

Je suis ouverte à ce qui se passe ailleurs. Je pense que nous avons à prendre et à apprendre des formes de guérison traditionnelle, des médecins hollistiques et millénaires (médecine ayurvédique, chinoise, chamanisme) qui ne découpent pas le corps et les personnes en morceaux mais les considèrent dans leur globalité (corps-coeur-esprit) et en lien avec leur environnement et une forme de spiritualité. Dans notre société nous sommes en train d’ailleurs d’évoluer vers des forme de médecine plus systémique et préventive qui prennent en compte l’individu dans sa globalité. Je souhaite apporter ma contribution dans ce domaine.

Dans les rencontres avec les personnes que j’accompagne, je me laisse improviser librement en partant de ce que je ressens ici et maintenant dans la présence et le lien avec la personne. Je peux proposer un exercice psycho-corporel, un travail sur l’arbre des ancêtres, une séance d’hypnose ericksonienne, un moment de régression et de guérison de son enfant intérieur, l’expression d’émotions difficiles restées enfouies (colère, tristesse, peur), l’utilisation d’outils relevant de différentes disciplines artistiques (dessin, danse, collage de vision…)…

Plus j’acquière de l’expérience et plus je me rends compte des limites des thérapies purement verbales. En effet, elles présentent comme grand inconvénient de nourrir le mental qui est déjà largement prédominant dans notre société, où nous avons de plus clivé le corps et l’esprit. Je constate, au contraire, la plus grande efficacité des techniques qui font appel aux sensations corporelles et permettent d’accepter toutes le facettes de soi et libérer les émotions difficiles enfouies. Il est d’ailleurs largement répandu maintenant, qu’en cas de traumatisme, les thérapies classiques (on fait raconter) peuvent même renforcer l’inscription cérébrale du souvenir douloureux.

Je suis convaincue aujourd’hui, pour l’avoir expérimenté en tant que patiente et en tant que thérapeute, que ce n’est que dans le lien d’amour à un ou plusieurs autres que l’on guérit profondément des souffrances passées.

Références bibliographiques

Je partage avec vous les références de quelques ouvrages qui m’ont vraiment aidé à penser et permis quelques prises de conscience :

Femmes qui courent avec les loups

De Clarissa Pinkola Estes, un indispensable pour toutes les femmes qui veulent retrouver la femme sauvage en elle.

C’est pour ton bien, des racines de la violence dans l’éducation de l'enfant

D’Alice Miller, et également ses autres ouvrages sur l'éducation non violente.

Les mots sont des fenêtres ou bien ce sont des murs

De Marshall Rosenberg, et également ses autres ouvrages sur la communication non violente.

Cessez d’être gentil soyez vrai

Le classique de Thomas d’Ansembourg.

Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même

De Lise Bourbeau

La liberté d’être

De Annie Marquier, dans la suite des 5 blessures, 5 typologies de personnalités. Un ouvrage limpide sur les liens entre psychologie et spiritualité.

L’histoire en héritage

De Vincent de Gaulejac, sur les aspects psycho-sociaux des transmissions transgénérationnelles.

Demain j'étais folle : Un voyage en « schizophrénie »

D'Arnhild Lauveng, un autre regard sur la folie et un magnifique témoignage d’espoir mais sans complaisance sur l’univers de la psychiatrie. D’une femme « schizophrène » devenue psychologue. Et oui, on peut guérir de tout !